Mode

Mes slingback à la Coco

Coucou les filles! Comment allez-vous? Aujourd’hui, je vous propose un look avec ces chaussures qui nous font toutes rêver depuis notre plus tendre enfance : la slingback, cet escarpin qu’on adule, ce soulier qu’on adore!

Dans cet article, je vous parlerai de deux femmes, qui m’ont toujours inspiré du fait de leur élégance, de leur raffinement et de leur bon goût en matière de mode.

 

 

la classe de ma grand-mère

Je me souviens encore des tonnes de paires d’escarpins Chanel de ce genre qu’avait ma grand-mère… Eh oui, ma grand-mère, toujours ma grand-mère! Cette femme avait le don de savoir tout associer, du tailleur tweed, au pantalon 4 pinces, coloré associé à des vestes cintrées et longues. De ses bas, jamais filés. Je me souviens des longs déjeuners de famille, que je passais en sa compagnie. Son franc-parler, parfois doux, toujours soutenu, et ferme. Ma grand-mère n’oubliait jamais de se maquiller. Elle savait combiner les couleurs. Mieux que personne. Son rouge à lèvre était toujours accordé à ses tenues, du rose avec les tons bleus, du rouge avec les tons clairs et foncés. Elle avait réellement du goût. Ses ensembles étaient toujours si harmonieux. D’où lui venait-elle cette classe et cette élégance à la française? Je me souviendrai également toujours de sa jolie robe jaune, qu’elle aurait voulu porter au mariage de mes parents…

 

 

 

la SLINGback de Gabrielle Chasnel

 

l’enfance de Gabrielle

Gabrielle Bonheur Chasnel, plus connue sous le nom de ‘Coco Chanel’, était une créatrice de mode et plus précisément de haute-couture. Née en 1883 à Saumur, dans une famille de prolétaires, elle devient orpheline à l’âge de 12 ans. Sa mère, couturière sera surement sa plus grande source d’inspiration et d’imagination malgré son décès en 1895. Finalement, c’est avec sa tante Adrienne, du même âge, qu’elle apprendra à coudre, chez les dames chanoinesses de Moulins.

 

 

Gabrielle devient coco

Très habile à manier le fil et l’aiguille, elles travaillent désormais dans une maison spécialisée en trousseaux et layettes, une entreprise propère à Moulins nommée la Maison Grampayre.

 

Gabrielle est très ambitieuse et les métiers de la scène la fascinent. De plus, elle ne désire pas partager l’anonymat de ses collègues couturières très longtemps. Elle prend alors le risque de chanter dans des cafés-concerts à Vichy, à La Rotonde ou au Grand Café, à Moulins.

 

Très belle, et d’un caractère suave et unique, elle est courtisée par de nombreux hommes, qui la surnomment ‘Coco’, à cause de la chansonnette qu’elle pousse régulièrement.

 

Elle rencontre alors Étienne Balsan, riche éleveur de chevaux, avec qui elle a une relation de quelques mois. Grâce à lui, elle découvrira la vie mondaine, fréquentera le beau monde et apprendra les codes de la haute société.

Après sa rupture avec Étienne Balsan, elle entretient toujours des relations mondaines et rencontre Arthur Capel, surnommé ‘Boy’ dont elle tombera follement amoureuse. Gabrielle sera sa maîtresse durant une bonne dizaine d’années. C’est grâce à l’investissement personnel et financier de Capel que Coco Chanel ouvre sa première boutique de chapeaux, nommée « Chanel Modes », en 1909, au 21, rue Cambon à Paris. Le choix de cette boutique est idéal, située juste à côté de la place Vendôme et de la rue du Faubourg Saint-Honoré, elle fait partie des nouvelles tendances du moment.

 

 

 

le succès de coco Chanel

Quelques années plus tard, en 1913 et 1915, le succès est fulgurant et Gabrielle et Arthur ouvrent des boutiques à Biarritz ainsi qu’à Deauville. C’est de Biarritz qu’elle fait son fief et y installe sa première maison de couture.

 

Durant la guerre, la pénurie de tissu fait rage et Coco est obligée de s’alimenter en jersey, tissu alors uniquement réservé aux sous-vêtements. Elle crée donc des robes de sport dans le jersey des sweaters de lad. Ce sera un succès. Réelle féministe, Coco Chanel a pour but de moderniser l’apparence des femmes et de la libérer d’une manière plutôt androgyne. Pour Chanel, c’en est fini des allures trop cintrées. Elle crée par exemple dans ses collections, des tailleurs, jupes, pantalons, rien ne lui résiste.

1918 : Gabrielle décide de s’agrandir et ouvre une nouvelle boutique au 31, rue Cambon. Elle gère désormais 300 ouvrières. Refusant d’être une femme entretenue, Chanel rembourse enfin Capel. C’est lors d’un mauvais virage en voiture que ce dernier décède en 1919. C’est la fin du monde de Chanel, elle le dit elle-même :

« Je perdais tout en perdant Capel. »

En 1921, Chanel sera la première créatrice de mode à lancer son parfum, le très célèbre « Chanel n°5« .

En 1926, Gabrielle toujours plongée dans son travail dessine la petite robe noire, qui deviendra par la suite un classique. Elle côtoie les artistes de l’époque et est très amie avec Proust et Renoir. Si bien qu’elle créera par la suite des costumes pour les pièces de Cocteau.

En 1932, Chanel aime tellement les bijoux et les perles qu’elle devient la première créatrice à lancer une ligne de haute joaillerie.

Dès l’annonce de la deuxième guerre mondiale, Coco ferme les portes de sa maison de couture et se consacre exclusivement à la création de parfums. Lors de la libération, elle partira s’exiler en Suisse, puis reviendra en 1954, afin de reprendre ses activités, à 71 ans. C’est à ce moment là qu’elle s’installe à l’Hôtel Ritz, à Paris, actuellement la Suite de Coco Chanel. Le luxe l’inspire toujours et Coco, crée de nouveaux modèles qui deviendront cultes, notamment le célèbre tailleur en tweed, les ballerines bicolores ainsi que la slingback.

Madame Coco Chanel, décèdera en 1971, à l’âge de 87 ans.

 

 

 

 

l’histoire de la slingback

 

par Coco Chanel

Inventée en 1957, par notre grande créatrice Gabrielle Chanel, la slingback nous fait toujours autant fantasmer. Gabrielle cherchait un modèle, qui pourrait accompagner la femme en toutes occasions. En 1937, elle pose en compagnie de Serge Lifar, avec une paire de chaussures bicolores à semelles épaisses.

 

Ce sont les prémisses de son inspiration. Coco Chanel mit plus de 20 ans à chercher à produire ce soulier parfait, qui rendra à la femme son élégance et sa délicatesse prédestinées. Le premier modèle de slingback de Chanel sorti donc en 1957 : talon carré de 5 centimètres, agrémenté d’une fine bride à l’arrière. Chanel en parle comme le « le dernier point de l’élégance« , qui affranchirait une fois pour toutes, la femme des codes de la société de l’époque. Les caractéristiques de la slingback de Chanel sont très précis. En créant cette chaussure, Gabrielle désirait rallonger la silhouette et les jambes ainsi que raccourcir le pied, d’où le côté bicolore.

« On part le matin avec une beige et noir, on déjeune avec la beige et noir, on va à un cocktail avec la beige et noir. On est habillée du matin au soir ! »

Coco Chanel

Le succès de cette chaussure est étourdissant, si bien que la presse s’empresse de la renommer : « La nouvelle pantoufle de Cendrillon ». De nombreuses icônes de l’époque comme Brigitte Bardot, Catherine Deneuve, Jane Fonda ou Romy Schneider l’adoptent et la slingback devient rapidement le symbole de l’élégance à la française.

 

Gabrielle Chanel ne cesse de créer et de réinventer ses propres créations, raison pour laquelle qu’en 1960, dans un souci de confort, le talon de la slingback s’affine et la bride arrière devient élastique. Elle décline même la fameuse pointe noire en satin ou en cuir argenté et se pare d’un nœud en gros grain. Gabrielle finira son apogée de la slingback en sortant un modèle sporty en 1966.

 

par karl lagerfeld

Dès 1983, Karl Lagerfeld, décline la slingback sous de multiples formes : ballerines, derbies et autres escarpins jouent eux aussi avec les couleurs. Il s’amuse également avec les matières, et propose même du PVC et de la dentelle! Cependant, en 2015-16, Karl Lagerfeld décide de remettre au goût du jour notre bonne vieille slingback Chanel et la présente sous sa forme originale.

 


 

ma tenue

Un petit look, sympa de bon matin, sans prise de tête, c’est quoi? Un jean mom, bien large, et un pull à manches évasées, car à Nantes, il fait encore froid le matin! J’ai vraiment apprécié les slingback de chez PULL&BEAR, qui sont incroyablement confortables, et tendances pour le prix qu’elles coûtent! Dès que mes yeux se sont posés dessus, une ampoule s’est éclairée dans ma tête, il me les fallait, c’était une obligation! Vous me connaissez maintenant, moi et ma folie des chaussures!

 

 

 

Et vous les filles? Comment portez-vous les slingback?

 

 

Photographies : Sophie Nilles

Contact par mail : sophie.nilles@gmail.com

 

Slingback (taille 38, attention ça taille assez grand) – PULL&BEAR

Jean mom (taille 34) – STRADIVARIUS

Jean mom déchiré – MISS GUIDED

Pull à manches évasées (Taille S) – STRADIVARIUS

Sac color block – RIVER ISLAND

Laisser un commentaire

Commentaires (16)

    1. Hello Lisa!

      Merci beaucoup! Elles sont relativement confortables et peu coûteuses, elles m’ont fait craquer lol!

      Bisous et bonne soirée 🙂

  1. Cette tenue est canon, une de mes préférée sur ton blog 😉
    J’aime beaucoup la petite parenthèse d’histoire, c’est original sur un blog et on voit que tu es passionnée.
    Ton pull a l’air hyper douillet et je pense vite craquer pour des slingback !
    Bisous

    1. Coucou Romane 🙂

      Merci pour ton commentaire!!!

      J’essaie au maximum de partager ma passion pour la mode et tout ce que j’ai appris en cours, en rédigeant des articles complémentaires aux looks que je propose… Je sais que tout n’est pas forcément lu, mais pour celles que ça intéresse, je raconte ces histoires…

      Je pense également que ça peut être intéressant de ne pas forcément balancer un look comme ça, avec 3 lignes… Enfin ce n’est que mon avis, à vrai dire je me sens même coupable lorsque je publie un article uniquement sur la tenue lol

      Oui, oui le pull est très douillet, j’adore ses manches! Cependant pas facile de faire la vaisselle ou la cuisine avec lol!
      Concernant les slingback, j’ai été étonnée que pour ce prix là, j’arrive à être tendance et à ne pas avoir mal aux pieds!!!

      xx ma belle

  2. Coucou ma belle Sarah, merci pour ton article, j’adore te lire à chaque fois et j’apprends beaucoup de choses avec toi, maintenant on sait d’où viennent tes inspirations et ton amour pour la mode, Coco Chanel représente le luxe et le chic à la française; sinon j’adore ton look chic et sobre à la fois, bravo!! et tes sling back sont top et parfaitement en accord avec
    ce que tu porte

    1. Coucou ma Rym <3

      Ca fait plaisir d'avoir de tes nouvelles!
      Merci pour ton commentaire 🙂

      Je suis vraiment heureuse de pouvoir t'apprendre de nouvelles choses!

      Merci pour tes compliments ma jolie 🙂
      J'espère que l'on pourras se voir bientôt!

      bisous

  3. Hello Sarah ,

    J’aime beaucoup ton look , je trouve que le gris te va bien! les chaussures sont très jolies et se marie bien avec la tenue. J’ai beaucoup aimé le contenu de ton article, d’ou les anciennes photos et l’histoire de la Singback que j’ai apprécié lire et j’ai une fois encore appris plein de choses. Merciiii ! Continue comme ça tes articles sont géniaux :*)

    love you!
    http://www.makeupandkiss.org

    1. Coucou ma Rajae préférée!

      Merci pour ton commentaire! Comment vas-tu? Ca faisait longtemps que je ne t’avais pas vu par ici!

      Merci pour tes appréciations!
      Toujours EN BOOOOOMBE HHHHHHH

      xx ma chérie

  4. Quel régale, J’ai dévoré ton article ma belle! Toute cette jolie intro avec ses lignes sur ta grand-mère et Gabrielle Coco Chanel c’est tellement touchant et bien construit et puis ton look n’en parlons pas il est soooo stylish! Bonne continuation ;*)

    1. Coucou ma belle!

      Ça faisait longtemps que je ne t’avais pas vu sur le blog! Ça fait plaisir!

      Merci beaucoup pour ton commentaire!
      Merci beaucoup ma Sana <3

      Love love